Sur la plage


Sur la plage, à marée basse, notre Toyota file régulièrement.


Mohammed conduit courageusement, en chantonnant ;

Il faut se dépêcher, ne pas s’arrêter !

La mer monte, inexorablement.


L’avancée des éperons rocheux nous oblige à faire des giclées

D’écume blanche et à chercher des échappements.


La mer verte, à gauche, s’étale infiniment,

Des dunes blanches, à droite, ondulent mollement,

Le ciel, en haut, est bleu, inexorablement.

Devant la voiture, des vols de mouettes s’élèvent en lançant,

Au dernier moment,

Leurs cris stridents.

Sur les flots ensoleillés, des pélicans dorment calmement,

On évite de justesse un rocher rond, apparemment,

Qui se met à marcher tortueusement,

Des hérons cendrés pêchent paisiblement.


Enfouie dans le sable, une carcasse finit de rouiller,

Quelques baraques apparaissent, comme par hasard,

Nous voici arrivés

A Nouâmghar.

 

Mauritanie, janvier 2004

Une personne a commenté “Textes écrits en Mauritanie

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis