13- Mallarmé en 1891 : eau-forte de Gauguin avec, derrière la tête du poète, le corbeau, qui fait évidemment référence au poème : Le Corbeau d’Edgar Poe, que Mallarmé a traduit et publié (avec des illustrations de Manet) en 1875 (voir page 5).

Gauguin fit aussi, sans doute pour préparer le portrait, cette esquisse à l’encre.

De la même année (1891) date cet autre portrait de Mallarmé par le peintre orientaliste Georges Rochegrosse, beau-fils du poète parnassien Théodore de Banville qui épousa la mère de celui-ci en 1875.

4 ont commenté “1- Portraits et photos de Mallarmé (1842-1898)

  • Vanelle a écrit le :

    Bonjour,

    Quelqu’un peut-il me dire à quelle date le peintre François Nardi fit le portrait de Stéphane Mallarmé.

    Merci d’avancez, Bertille Vanelle

    Répondre
    • a écrit le :

      Bonjour,
      Je ne connaissais pas ce portrait et à vrai dire, je ne connaissais pas non plus François Nardi. Il est possible que ce portrait ait été fait d’après une photographie car je n’ai trouvé aucune trace d’une relation entre Nardi et Mallarmé.
      Meilleures salutations.
      pmd

  • Louis Latourre a écrit le :

    belles images, peu reproduites, merci.
    Seriez-vous un homme politique « mallarméen » tel M. Alain Lipiez ?
    (Son « Le matérialisme orphique de Stéphane Mallarmé » doit sortir « au Temps des cerises et au printemps » m’a-t-il dit)

    Louis Latourre

    https://www.youtube.com/embed/OhFF6nWvsmI

    Répondre
    • a écrit le :

      Merci pour votre commentaire. Je ne sais pas exactement ce qu’est « un homme politique mallarméen » !
      Je ne suis qu’un maire, qui aime Mallarmé mais je lirai avec plaisir le livre d’Alain Lipiez.

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis