7- Mallarmé en 1877, avec Mery Laurent et le peintre Henri Gervex dans l’appartement que Mery occupa 52 rue de Rome de 1875 à 1877. Le poète Henri de Régnier a laissé, dans ses souvenirs, une description de cet appartement de Méry (rue Rome) « où le mauvais goût de la fin du siècle s’étalait dans une profusion de passementeries et de pompons, de fourrures, de coussins, de tapis d’Orient, de poufs, de consoles dorées, de bibelots, Au mur, une tapisserie représente l’apothéose du premier Consul. Des satyres, peints au plafond, clignent de l’œil vers Mery qui reçoit, vêtue d’un ample déshabillé blanc. Et Marcel Proust se servira du décor de sa maison des talus pour l’intérieur de Mme Swann.

Mallarmé en 1877 également, par Étienne Carjat qui photographia de nombreux artistes (Baudelaire, Courbet, Corot, Hugo, Rimbaud, etc.) et hommes politiques du 19ème siècle. En 1856, il avait fondé, avec deux amis d’Alphonse Daudet, une revue satirique : Le Diogène, contenant des portraits charge.

2 ont commenté “1- Portraits de Mallarmé (1842-1898)

  • Vanelle a écrit le :

    Bonjour,

    Quelqu’un peut-il me dire à quelle date le peintre François Nardi fit le portrait de Stéphane Mallarmé.

    Merci d’avancez, Bertille Vanelle

    Répondre
    • a écrit le :

      Bonjour,
      Je ne connaissais pas ce portrait et à vrai dire, je ne connaissais pas non plus François Nardi. Il est possible que ce portrait ait été fait d’après une photographie car je n’ai trouvé aucune trace d’une relation entre Nardi et Mallarmé.
      Meilleures salutations.
      pmd

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis