Augusta Holmès (1847-1903)  

Ses parents, irlandais, s’étaient installés en France, au 6 rue d’Artois (Paris, 8ème), où habitait également Alfred de Vigny, qui fut son parrain et qui passe souvent pour son père naturel.

 

 

Augusta Holmès par Henri Regnault  

 

Dès 1864, Henri Cazalis écrit à Mallarmé : « J’ai passé la journée d’hier (…) à Versailles. Nous avons été chez la charmante Miss Augusta Holmès, cette musicienne merveilleuse dont je t’ai parlé, et qui m’a enivré de Beethoven. L’étrange femme, un sphinx en vérité (…) la musique la plus passionnée, elle la joue avec un visage impassible et dont les lignes ont le sourire marmoréen, le sourire mystérieux du sphinx. » Et dans un autre courrier d’avril 1866, Henri Cazalis parle de « ses beaux yeux de déesse-chatte ». Élève de César Franck et fervente admiratrice de Richard Wagner, Augusta Holmès fut en effet une grande pianiste et une musicienne célèbre, dont de nombreux poètes parnassiens furent amoureux. Elle inspira aussi le peintre Henri Regnault, qui obtint le prix de Rome en 1866 avec le tableau Thétis donnant ses armes à Achille, sur lequel elle figure la poitrine nue.

 

 

Augusta Holmès jouant Beethoven  

 

Elle vécut avec Catulle Mendès pendant 17 ans (de 1869 à 1886) et lui donna deux fils et trois filles, dont Hélyonne (née le 1er septembre 1879) qui épousa Henri Barbusse.

 

Augusta Holmès (âgée)  

Elle se lia d’amitié avec Méry Laurent et entretint avec elle une correspondance suivie.   Mallarmé écrivit sur son éventail le quatrain suivant :   Fleur, signe et, sur le lac, cygne, Au son d’Augusta Holmès Le battement suit la ligne Du nonchaloir de Mendès.   Reynaldo Hahn (qui fut, aussi, l’exécuteur testamentaire de Méry Laurent) lui prédit « l’immortalité, l’immortalité véritable, celle qui survit au nom même qu’elle a illustré » mais je crains qu’il ne se soit trompé.   Mallarmé écrivit pour lui ce quatrain :   Le pleur qui chante au langage Du poète, Reynaldo Hahn tendrement le dégage Comme en l’allée un jet d’eau.

9 ont commenté “10- Les ami-e-s de Mallarmé

  • MERY LAURENT a écrit le :

    Pouvez-vous donner une explication HISTORIQUE (datée) du fait que Anne Rose Suzanne Louviot, née ‘en 1849, soit la « fille naturelle » de F.C. de Canrobert qui, de 1835 à 1849 sert en Algérie ?
    Il est rappelé à Paris (1850-1851 / coup d’état / aide de camp du prince président) ; il participe à la guerre de Crimée et est rappelé par l’empereur à Paris (1856)
    Ce n’est qu’en 1859 qu’il devient gouverneur militaire de Nancy où il demeure jusqu’en 1862 (attesté par « L’Almanach de la Meurthe » pour ces années.
    C’est Méry elle-même qui raconte « pris par elle à quinze ans » (sic) ; « mariée par lui à un paysan »… etc

    « Les mauvaises langues » sont souvent de « mauvaises sources » d’information, surtout lorsqu’on ne vérifie rien.

    Heureusement, il y de sérieuses publications sur tous ces sujets, et qui ne manquent pas de citer leurs références.

    Ce qui manque regrettablement à vos travaux, par ailleurs amusants.

    Cordiales salutations.

    Répondre
  • Joël Goffin a écrit le :

    Je vous suggère le parcours de mon site bruges-la-morte.net

    Répondre
  • Jack Klempay a écrit le :

    Pouvez-vous partager la source de vos informations sur l’amitié entre Mallarmé et Nina de Callias? Je m’intéresse surtout aux versions différentes du sonnet.

    Répondre
  • a écrit le :

    Can you tell me if you’ve any idea if this gentleman may have been related to an arm of the Desessarts family that immigrated to the United States & took up residence in Louisiana, first in New Orleans–also having a plantation in St. Domingue–& then in the Opelousas, LA area? The most notable of this line was Denis Richard Dechanet dit Desessarts, who was a French actor who came to the United States & helped found the theater in New Orleans. His son, Hilaire, owned a sugar plantation & was the patriarch of a family line from which I descend. Thank you!

    Répondre
  • Musée Stéphane Mallarmé a écrit le :

    Bonjour Mr
    La photo de la tombe en présent sur votre site est celle d’ Olivier Larronde et Jean Pierre Lacloche. Si vous le souhaite je peut vous envoyer la photo de la tombe de Misia

    Répondre

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis