Dès le mois d’août 1874 Mallarmé loue deux pièces au premier étage d’une ancienne auberge de bateliers, située au bord de la Seine, au lieu-dit L’isle de Cayenne, à Valvins, qui fait alors partie de la commune de Samois, à 5km de Fontainebleau.

La maison de Valvins avec l’escalier montant aux pièces louées par Mallarmé

Une lettre, datée du 6 août 1874 et écrite sur du papier à en tête de La Dernière Mode : « gazette du monde et de la famille » que Mallarmé rédige, seul (?) entre septembre et décembre 1874, donne l’adresse : Pont de Valvins, par Fontainebleau. Seine-et-Marne

La maison de Valvins par Philippe Burty

Voici, rédigée poétiquement par lui-même (mais écrit par la main de Méry Laurent), une autre adresse :


Monsieur Mallarmé. Le Pervers

À nous fuir par les bois s’acharne ;

Ô Poste, suis sa trace vers

Valvins, par Avon Seine et Marne.


On ne sait pas, je crois, pourquoi Mallarmé s’installa dans ce lieu mais il est vraisemblable que la proximité de la forêt de Fontainebleau, où il aimait se promener (voir Mallarmé à Sens) ait déterminé ce choix.

 

Après la mort de Mallarmé, Geneviève épouse le docteur Bonniot et achète cette maison que le département de Seine-et-Marne a rachetée, avec son mobilier et sa bibliothèque, aux héritiers en 1985 pour en faire le Musée Mallarmé (ouvert en 1992) dont voici l’adresse (moins poétique mais plus exacte !) :


4, promenade Stéphane Mallarmé

77870 Vulaines-sur-Seine

Tél : 01 64 23 73 27

(Ouvert tous les jours sauf le mardi).

2 ont commenté “9- Mallarmé à Valvins (1874-1898)

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis