Le 15 mars 1875 Mallarmé s’installe dans un petit appartement au quatrième étage du 87 rue de Rome (ce numéro deviendra le 89 en février 1884). L’appartement se compose de quatre pièces : salon, salle à manger, deux chambres et donne sur la rue Beudant.

89 rue de Rome

Georges Moore parle de ce logement dans Mes souvenirs sur Mallarmé (supplément littéraire du Figaro daté du 13 octobre 1923) où il écrit : « La partie de la rue de Rome qui confine à la place de l’Europe est bordée de belles maisons mais l’extrémité, dès que l’on a dépassé le boulevard extérieur, n’est plus qu’un bas quartier. La maison qu’habitait Mallarmé ne payait pas de mine (…) un escalier mal tenu et tortueux montait en spirale étroite jusqu’au-delà du troisième étage. Au quatrième, la porte me fut ouverte par un petit homme trapu, entre deux âges, dont l’aspect était celui d’un ouvrier français … ».

Rue Beudant (le 4ème étage est le dernier, sous les mansardes)

Georges Moore (1852-1933) né en Irlande vécut (de 1873 à 1880) à Paris où il étudia la peinture mais il opta ensuite pour l’écriture. Il écrivit des poèmes, des nouvelles, des œuvres autobiographiques (assez peu fiables, dit-on) et des pièces de théâtre, en collaboration avec l’auteur dramatique Bernard Lopez, qui lui fit connaître Catulle Mendès qui lui-même le mit en relation avec Mallarmé.

Georges Moore par Manet

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis