L’appartement de la rue de Rome nous est assez bien connu. Il existe un plan, fait par Pierre Louÿs, et plusieurs photographies prises par des photographes célèbres (Paul Marsan, dit Dornac, mort en 1941) ou anonymes.

Mallarmé rue de Rome

On peut voir sur cette photographie deux œuvres de Manet : Hamlet et le spectre (pastel que Mallarmé reçut de la famille Manet en 1884) et l’eau forte Lola de Valence ; on devine aussi, à l’extrême- gauche, Le train à Jeufosse de Claude Monet (qu’il offrit à Mallarmé en 1889) pour se faire pardonner son refus d’illustrer la Gloire (poème en prose paru dans La Plume en septembre 1889).

Le romancier Rémy de Gourmont, un des fondateurs du Mercure de France en 1889, écrit dans ses souvenirs : « Je me souviens qu’il y avait chez Stéphane Mallarmé une toile de Claude Monet, un paysage comme entrevu, et pourtant d’une précision délicieuse, un méandre de rivière, une arabesque d’eau à travers la campagne que Mallarmé comparait au sourire de la Joconde. »


Pendant quelque temps (en 1877) Claude Monet travaille très près du lycée Condorcet, au n° 8 de la rue d’Isly, où il peint une série sur la Gare Saint Lazare.

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis