POÈMES DE A.B.

La demande d’exclusivité absolue

Libre, elle n’en a pas voulu
Et maintenant tout est perdu
Plus un bonjour, plus un bonsoir
Des années passées à s’entre-apercevoir
Sur le général d’un site certains soirs
Adieu les poèmes sur Littératur
Fieu de l’extrême, quelle posture
Odieux théorème des blessures
Revenir comme avant les retrouvailles
Convenir qu’il préfère la grisaille
Et se contenir bien à l’abri derrière sa muraille.

Maudire le fait de ne pas avoir le choix

Souscrire le tout ou le rien, vrai désarroi
Première de rien, demain combien ?
Ce que je veux, je ne le sais que trop bien
Personne ne peut, il me faut un magicien
M’admirer pour ma combativité
Me deviner dans ma subjectivité
Me suivre dans ma créativité
Savoir vivre avec mon impulsivité …oui
Des bravos pour une place un jour au sommet
Des concertos brise-glace offerts en calumet
Des partenaires limaces en entremets
Abdicataires sous carapace tout en déchets …
Comme avant, maintenant tu passes le temps
Lancer des parties pour l’ennui, jamais ébloui
Apercevant parfois la Vénus, à contre-temps
Décevant ami obtus, alors que venait le printemps.

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis