Gare de Port-Boulet (carte postale)

Il est juste, pour terminer, de rendre hommage à toutes les personnes qui ont permis la réalisation et le fonctionnement de cette voie : ingénieurs, géomètres, architectes, dessinateurs, poseurs de rails et de traverses, chefs d’atelier, piqueurs, terrassiers, manœuvres et ouvriers divers, conducteurs de train (appelés mécaniciens à cette époque), chauffeurs, garde-freins et lampistes, chefs de trains, de gare et de dépôts, receveurs et hommes d’équipe, contrôleurs et aiguilleurs, garde-barrières et d’une manière plus générale à tous les cheminots, qui, encore aujourd’hui, forment une grande famille, comme nous avons pu le constater par l’intérêt qu’ont manifesté tous les personnels retraités ou en activité que nous avons pu interroger lors de la réalisation de ce travail.

Aiguilleuse (1918)

À toutes les personnes qui s’intéressent aux anciennes lignes de chemin de fer, nous rappelons qu’il existe un forum très bien documenté et fréquenté, semble-t-il, surtout par d’anciens cheminots, sur le site http://histoire.trains-en-vadrouille.com//

Nous espérons, par ce travail, avoir aussi contribué à la mémoire des trains de l’histoire et avoir, peut-être, sauvé de l’oubli cette ligne entre Port-Boulet et Port-de-Piles.

Gare de Port-de-Piles (oct. 2013)

Voici, pour conclure, le devis de construction d’une gare de 4ème classe, à la fin du 19ème siècle.

Bâtiment des voyageurs : 29 805 fr .

Petit hangar d’attente : 2 149 fr.

Lampisterie et W.C. : 2 770 fr.

Trottoir des voyageurs : 3 252 fr.

Halle aux marchandises : 20 773 fr.

Quai découvert et rampe d’embarquement : 4 978 fr.

Abords, clôtures et divers : 21 913 fr.

Fosse à chariot : 318 fr.

Pont à bascule : 31 fr.

Soit, au total, 86 000 francs environ.

Rappelons qu’un franc de cette époque valait environ 3,50 €.

86 000 francs. représentent donc environ 300 000 € 2013 ; ce qui est une somme relativement modeste mais les gares de 4ème classe étaient les plus petites et le bâtiment principal, sur deux étages, sans ailes, ne comportait que deux portes ou fenêtres par étage. Voir, par exemple, la gare de Champigny-sur-Veude.

Ancienne gare de Champigny-sur-Veude (nov. 2013)

2 ont commenté “F. Conclusion

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis