Après la gare de Chinon, les trains traversaient la Vienne sur un pont métallique, conçu par Gustave Eiffel en 1874, puis franchissaient la zone entre les faubourgs Saint-Jacques et Saint-Lazare en empruntant trois ponts métalliques à deux voies. En effet, cette zone resta marécageuse jusqu’à la construction, par Henri II Plantagenêt d’une route-digue appelé le Pont à nonnains car il y avait un péage reversé aux religieuses de l’abbaye de Fontevraud.

Chinon : pont sur la Vienne (nov. 2013)

Près de ce troisième pont, une pancarte, qui n’a jamais dû avoir beaucoup d’effet, indique : « Il est formellement interdit de pénétrer dans les emprises du chemin de fer sous peine de procès-verbal ».

Pont entre Saint-Jacques et Saint-Lazare (nov. 2013)

Dans le faubourg Saint-Lazare, où, comme l’indique le nom, il y avait, au moyen-âge, une maladrerie, une bifurcation permettait d’aller, soit vers Thouars et Les Sables d’Olonne, soit vers Port-de-Piles.

La ligne Chinon-Thouars passait par La Roche-Clermault, Beuxes et Loudun ; cette ligne fut désaffectée en 1970 mais, à partir de 2005 et pendant quelques années, des cyclos-draisines ont circulé sur un circuit de 3,5 km entre Chinon-Saint-Lazare et La Roche-Clermault.

La ligne Chinon-L’Île-Bouchard franchissait la D749, allant vers Saumur, au PN18 puis, peu après, au PN 19, un chemin qui conduisait à l’imposant château de la Vauguyon, que l’on aperçoit sur la photo ci-dessous.

Chinon : PN19 et château de la Vauguyon (nov. 2013)

Ce château, du 12ème siècle, fut remanié au 15ème siècle et contient, dans la grande salle du premier étage des fresques représentant des tournois de chevaliers ; il appartint, au 19ème siècle, à l’écrivain Gustave Droz.

La voie traversait la D115 au PN20 avant d’arriver entre les communes de Ligré et de Rivière, dont l’église Notre-Dame, du 10ème siècle, contient, sous le proche, une belle fresque du 12ème siècle représentant la résurrection de Saint Lazare.

Gare de Ligré-Rivière (carte postale)

La gare de Rivière-Ligré, qui est sur la commune de Ligré mais qui est beaucoup plus près de Rivière, fut à cette époque une station importante comme le montrent les installations restantes, comprenant plusieurs voies ainsi qu’un ancien hôtel.

Gare de Ligré-Rivière (nov. 2013)

Peu après cette gare, une bifurcation permettait d’aller vers Richelieu (voir De Richelieu à Rivière) ou vers L’Île-Bouchard.

La portion vers L’Île-Bouchard, qui fut désaffectée en 1977, traversait la D26 allant vers Champigny-sur-Veude au PN25, situé au lieu-dit le Chiendent, puis passait sur deux beaux ponts : le premier sur un chemin conduisant au Moulin de l’arche et le second sur la Veude, peu avant le confluent de cette rivière et de la Vienne.

Pont du Moulin de l’arche (nov. 2013)

Dans toute cette région, les rails ont été démontés mais les deux ponts subsistent, sur un remblai assez haut qui permettait que les voies ne soient pas inondées en cas de crues.

Pont sur la Veude (nov. 2013)

Après avoir franchi la Veude, la ligne arrivait sur la commune d’Anché, dont le toponyme indique l’ancienneté puisque Anché vient de Anciacus, signifiant « le domaine agricole d’Anscherus », qui était probablement un gallo-romain d’origine germanique.

Halte d’Anché (nov. 2013)

Les trains s’arrêtaient à Anché mais il n’y avait pas de gare ; la halte se trouvait au PN29 et la route qui longe la maison du garde, plus importante que les maisonnettes habituelles, a été aménagée à la place de l’ancienne voie.

 la sortie d’Anché, la voie longeait le château des Brétignolles « l’une des plus belles demeures de Touraine » selon André Montoux et la D760, déplacée sur la gauche pour permettre la construction de la voie ferrée, est longée par un mur de pierres, sur lequel se dresse, à l’angle nord-est, une tourelle du 16ème siècle.

Anché : château des Brétignolles (dessin de James Richard)

Du château primitif (14ème siècle), il ne reste qu’une tour cylindrique transformée en pigeonnier ; le château actuel, construit pour Étienne Bernard, dit Moreau, trésorier de Louis II d’Anjou et frère de Jean Bernard, archevêque de Tours, date du 15ème siècle ; une éolienne Bollée a été installée dans le parc au 19ème siècle.

Ancienne voie le long du château des Brétignolles (nov. 2013)

La ligne arrivait ensuite sur la commune de Sazilly, où il y avait une gare. Toute cette région, traversée par une voie gallo-romaine allant de Poitiers à Saumur, via Dangé-Saint-Romain et Candes-Saint-Martin, était largement peuplée dans les premiers siècles après JC et il est probable que l’église de Sazilly ait remplacé un temple gallo-romain, de nombreux fragments de poteries ayant été trouvés dans le cimetière qui entoure l’église.

La gare de Sazilly en 1968

La gare de Sazilly a été transformée en une salle polyvalente, qui porte le nom de Pierre Boyer, maire de Sazilly de 1975 à 2001.

Ancienne gare de Sazilly (nov. 2013)

Près de cette gare, l’ancien bâtiment des marchandises a été judicieusement transformé en maison d’habitation et, après la gare, l’ancienne voie est devenue une piste cyclable.

Sazilly : ancien bâtiment des marchandises (nov. 2013)

À la sortie de Sazilly, la voie croisait deux petites routes allant au Bois Physivon, hameau qui garde le souvenir des fils d’Ivon, seigneur de Tavant au 11ème siècle.

Ancienne halte de Tavant (carte postale)

Après Sazilly, la ligne arrivait sur la commune de Tavant et, sans souci du patrimoine, la voie longeait l’église Saint-Nicolas, célèbre, à juste titre, pour les magnifiques fresques de sa crypte.

Tavant : ancienne voie à côté de l’église (juin 2013)

Une grande nécropole découverte en 1997 au 42 rue Grande, a livré 103 tessons de céramique néolithiques ainsi que 24 sépultures datant du 1er au 3ème siècle après JC, qui contenaient des adultes inhumés dans des cercueils ainsi que huit enfants placés dans des sarcophages et qui ont fourni de très beaux objets en terre ou en verre.

Tavant : fresque de la crypte

Les trains s’arrêtaient à Tavant et l’ancienne station de cette commune, située au PN40, a été bien transformée aujourd’hui.

Ancienne halte de Tavant (juin 2013)

À la sortie de Tavant, la voie croisait, au PN42, la D374 au lieu-dit Marmignon, venant de Marmionem ou « domaine du Marcoman », patronyme probable d’un germain resté en Gaule après les invasions barbares de 58 avant JC.

Après Tavant, la voie arrivait à L’Île-Bouchard, qui tire son nom d’une île sur la Vienne, où se trouvait la cité primitive. L’ancienne voie, sur laquelle on peut voir un ponceau, est devenue la rue de Villaudron, du nom d’un domaine rural gallo-romain se trouvant autrefois sur la commune de Brizay.

L’Île-Bouchard : ponceau de la rue de Villaudron (nov. 2013)

Il y avait ensuite, avant d’arriver à la gare, trois passages à niveau : le PN43 sur la D757 allant à Champigny-sur-Veude, le PN44, qui a été remplacé par la Maison de santé du Bouchardais,, sur la rue de la Commanderie, allant à l’ancienne commanderie des Templiers et le PN45 sur la rue Saint-Léonard conduisant au prieuré du même nom, édifice du 11ème siècle avec de très beaux chapiteaux.

L’Île-Bouchard : chapiteau de Saint-Léonard (mai 2013)

L’ancienne gare de L’Île-Bouchard est devenue le musée du Bouchardais, qui n’est ouvert que pendant l’été mais qui peut être visité virtuellement sur le site http://museedubouchardais.fr/

Ancienne gare de L’Île-Bouchard (carte postale)
Ancienne gare de L’Île-Bouchard (nov. 2013)

Derrière la gare, la voie a été transformée en boulodrome et la lampisterie est maintenant le lieu de repos des joueurs de pétanque.

Ancienne lampisterie de L’Île-Bouchard (nov. 2013)

 

Une personne a commenté “C. De Chinon à L’Île-Bouchard

  • Duchesne a écrit le :

    Bonjour,

    je vous remercie de ce que j’ai pu découvrir sur votre site de l’historique de la commune de Anché et de sa voie de chemin de fer. J’habite à Anché depuis seulement six ans, mais c’est toujours un plaisir de parcourir les différends lieux-dits de la commune. Maintenant j’en sais un peu plus sur son architecture et son passé.
    Cordialement.
    Mme Jocelyne Duchesne.

    Répondre

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis