VOIE DE TOURS À CHARTRES VIA MONNAIE

 

Pour aller de Caesarodunum (Tours) à Autricum (Chartres), il fallait traverser la Loire et aller à Saint-Symphorien, comme indiqué dans le chapitre précédent (voir voie 7.3) puis prendre, vers l’ouest, la voie suivant la rive droite de la Loire (voir voie 1.1) jusqu’à Rochecorbon.

Là, juste avant l’oppidum de Château-Chevrier, une voie partait à gauche et remontait la vallée de la Bédoire en passant par Touvois où se trouve un moulin, qui existait déjà à l’époque gallo-romaine ; c’est en fait un ancien logis seigneurial du 12ème sile,  transformé en moulin à la fin du 16ème siècle. Au début du 20ème siècle, les propriétaires redonnèrent à la demeure son aspect initial d’avant 1685.

Rochecorbon Touvois (juin 2011)
Rochecorbon Touvois (juin 2011)

Son parc abrite la célèbre source de Jouvence, que, selon la légende, Saint Martin fit jaillir et qui donne la jeunesse éternelle. On dit que Jeanne d’ArcLouis XIDiane de Poitiers et Gabrielle d’Estrées  vinrent y boire.

 

Parçay-Meslay, la Grange de Meslay (oct 2011)
Parçay-Meslay, la Grange de Meslay (oct 2011)

La voie passait ensuite par la Planche, où, comme le nom l’indique, il y avait un gué puis arrive sur la commune actuelle de Parçay-Meslay, formée en 1841 par la réunion des paroisses de Parçay (Parciacum) et de Meslay (Merulacum) où il y eut un prieuré dépendant de l’abbaye de Marmoutier, devenu ensuite un établissement agricole fortifié et connu sous le nom de Grange de Meslay, qui abrite chaque année un festival de musique fort côté.

Une ferme gallo-romaine comprenant deux greniers a été découverte dans la région.

Monnaie, rue du Plat-d'étain (oct 2011)
Monnaie, rue du Plat-d’étain (oct 2011)

la voie continuait ensuite vers la commune actuelle de Monnaie,  où il existait peut-être un atelier monétaire, ce qui expliquerait la présence de la tête de Junon sur le blason de la commune ; en effet le nom commun « monnaie » vient du fait, qu’à Rome, c’était dans le temple de Juno Moneta (Junon la conseillère) qu’étaient frappées les monnaies romaines.

7.4 C Monnaie (cp)

La construction de l’autoroute A 10 a permis la découverte d’un établissement rural turon à la Cave Blanchette, entre Parçay-Meslay et Monnaie.

Peu après, l’ancienne voie est encore bien visible entre le Boulay et la Carte (commune de Monnaie) ; elle traverse l’ancienne N 10, aujourd’hui D 910, là où se dresse un monument en l’honneur de deux aviateurs morts accidentellement en 1925. Cette ancienne voie romaine fut continuée par la route de Paris vers l’Espagne, qui à Monnaie passait par la rue du Plat d’étain, parallèle à la rue Nationale, où les anciens relais de poste et auberges sont encore visibles.

Monnaie, voie entre le Boulay et la Carte (oct 2011)
Monnaie, voie entre le Boulay et la Carte (oct 2011)

Peu après Monnaie se trouvent aussi deux lieudits au nom caractéristique : la Maison rouge et Bordebure, près de la D 910 qui, souvent parfaitement rectiligne, continue peut-être l’ancienne route d’Espagne et l’ancienne voie romaine mais cette dernière obliquait sans doute vers l’est, un peu avant Château-Renault, au lieu-dit le Boulay, sur la commune de Villedômer, où il y avait, selon les notes manuscrites du préfet Louis-Marie Auvray (1762-1833), une fabrique de céramique grise. Le nom de cette commune indique qu’il y avait là une villa mérovingienne, ayant certainement pris la place d’une villa gallo-romaine.

Après Villedômer, l’existence d’une ancienne voie, encore utilisée à l’époque mérovingienne, est attestée à Saunay ; en effet une Vie de Saint Léger écrite au 7ème siècle et relatant la translation des reliques de ce saint vers Poitiers, indique que le cortège passa à Saunay où il y eut un miracle.

Il y avait là une agglomération gallo-romaine (vicus) avec un temple détruit par saint Martin vers 380 et remplacé par une église à l’emplacement de laquelle on voit maintenant l’église Notre-Dame, construite au 11ème siècle.

Saunay, église N.D. (oct 2011)
Saunay, église N.D. (oct 2011)

À la sortie de Saunay, à droite de la route qui va vers Villechauve, il y avait sans doute une nécropole, continuée par le cimetière actuel, dans lequel on a trouvé en 1912 un trésor monétaire enfermé dans une céramique enchâssée dans un coffret en bois ; ce trésor était composé de plus de 200  monnaies romaines en bronze ou en argent, dont certaines de l’époque de Volusien et d’Aurélien.

La voie continuait vers Villeporcher, dans une région qui est aujourd’hui dans le Loir-et-Cher mais qui était alors sur le territoire des Turons et la frontière, peut-être matérialisée par la Brenne, se trouvait sans doute du côté de Saint-Amand-Longpré (41310).

La voie passait ensuite chez les Carnutes et se dirigeait vers Chartres (Autricum), une de leurs deux capitales.

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis