Le nom de cette commune apparaît pour la première fois en 816, dans un diplôme de Louis le Pieux (empereur d’Occident de 814 à 840), sous la forme Spaniacus, venant d’Hispaniacus ou « domaine de l’Espagnol). D’autres domaines gallo-romains existaient à Chossay (au nord-est du bourg), venant de Cociacus ou « domaine du Cuisinier » et à Jaunay (au nord du bourg), venant de Galliacus ou « domaine du Gaulois ».

PATRIMOINE À VOIR

Source de Saint-Aigna
Source de Saint-Aignan

La source de Saint-Aignan : l’église Saint-Aignan a été construite sur un rocher dans lequel un souterrain abrite une source antique, qui a été christianisée. Cette source a la réputation de guérir les croûtes de lait des bébés, la teigne, les dartres et autres maladies de peau. Il y eut là des processions jusque dans les années 1950. Photos http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=37100_1

Source de Saint-Aignan
Source de Saint-Aignan (entrée du souterrain)

PATRIMOINE DÉCOUVERT

Des fouilles préventives, faites sur le tracé de l’autoroute A 85 qui passe au nord de la commune, ont mis à jour, aux Allets (au nord-est du bourg) 150 pièces lithiques du paléolithique moyen ainsi qu’un vaste établissement rural gaulois, entouré de fossés, où un vase baquet d’importation armoricaine et un fourreau d’épée ont été trouvés. Voir Agnès Couderc http://a2t.univ-tours.fr/notice.php?id=233, 20136DVXSHU¿FLHGHSOX

Photo PCIL
Photo PCIL

Le Patrimoine des communes d’Indre-et-Loire (Flohic, 2001) publie la photo d’un polissoir portatif, trouvé dans cette commune mais sans préciser où il a été trouvé.

Louis Dubreil-Chambardel, dans un article publié dans le Bulletin de la Société Préhistorique Française, 8.2, 1911 indique que le toponyme la Dubinerie, venant d’un ancien mot local : « dube », signifiant « monticule », venant du gaulois beccos, pouvant désigner un lieu situé sur une hauteur saillante, indiquerait la présence d’un tumulus antique, mais ce toponyme n’apparaît sur aucune carte de la commune.

Selon Gérard Cordier in Toponymie paléosidérurgique de la Touraine (Norois, 119, 1983), le toponyme le Fourneau indique qu’il y avait là une activité sidérurgique à l’époque gallo-romaine, mais ce toponyme n’apparaît sur aucune carte de la commune.

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis