Delalande Marie-Louise

Institutrice à Nouâtre, Marie-Louise Pasquier, épouse Delalande (1905-1945) tint durant la seconde guerre mondiale un cahier relatant notamment l’occupation de l’école par les Allemands et le massacre de Maillé. Son mari : René Delalande (1897-1974) faisait partie des quelques communistes de Nouâtre.

Extrait du cahier de Marie-Louise Delalande

« Le 24 juin (1940) : au matin, voici le spectacle qu’offre ce dernier lieu (l’école de Nouâtre) : le préau de l’école des garçons est transformé en écurie, où sont abrités une quinzaine de chevaux, l’autre (préau) est plein de voitures de différentes sortes. La (cuisine) roulante occupe le garage. La classe de l’école des garçons sert de dortoir à des soldats allemands. Les deux autres logent toujours les repliés d’Issy-les-Moulineaux. Plusieurs voitures sont dispersées dans les cours où circulent des soldats, dont beaucoup sont demi-nus. Quelques-uns, installés à des tables de fortune, font leur correspondance, d’autres jouent aux cartes, tandis qu’un phonographe fait sans arrêt retentir les airs les plus disparates. »

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis